Sensei aurait aimé cette réflexion de Benjamin Franklin

(homme politique et physicien américain 1706-1790):

«Tu me le dis, j'oublie. Tu me l'enseignes, je m'en souviens.

Tu m'impliques, j'apprends

Aller aux vidéos

  J'ai beaucoup aimé la manière, ferme, délicate et souriante, qu'avait Sensei de transmettre. Il  pratiquait, comme Tori puis comme Aite, il guidait nos gestes vers la justesse... et parfois «abandonnait»  en haussant les épaules.  Quand il sentait nos corps rétifs, il s'en allait en souriant... J'en ai fait l'expérience !

Il  ne disait  que ce que nous pouvions «entendre»..... et ne perdait rien de ce qui l'entourait...

   Le ressenti
   « Il ne perdait rien »
   Le geste et la parole  ....
    Un entraînement Hauts Gradés à Shumeikan
   Pourquoi j'ai choisi  le nom «Shumeikan» ?
   Scène de vie
   L'avant Tamura sensei
 
Transmettre est un art, Pas un bavardage
    Irimi nage, 1er exemple
    Irimi nage, 2ème exemple
    Cérémonial

 

 

 Ressentir kokyu nage, sur une saisie Gyaku hanmi katate dori,
suivi du fondamental Tai no Henka ! Sans le changement de direction et de hauteur... cet  exercice  n'aurait  aucun intérêt !

 

 

 Regards de Maître

La fatigue n'enlève rien à la vigilance...

 

Transmettre par la parole ou par le geste ?

  Rechercher la souplesse, la direction et le sens de la frappe par la sensation... Inutile d'en faire davantage. Cela paraît si simple que l'on n'y croit pas ! C'est pourtant l'essentiel de notre démarche.

 

 La parole et le mime

Contrairement à l'éducation reçue, Sensei semble être devenu un Méditerranéen bavard .blush Pourtant prêtons attention à sa gestuelle: on pourra y retrouver la nécessité d'une souplesse mentale et physique, d'une perception globale de l'environnement, celle d'un enracinement profond, toujours prêt à se déplacer - paradoxe de l'aiki qui fait de la stabilité et de la mobilité les deux aspects d'un même comportement.

 

 Autre expérience !

Il n'y a pas lieu d'expliquer intelligemment, il suffit d'éduquer nos sensations pour  que nos corps repérent  que l'épaule de tori, plus basse que celle d'aite, répercute la puissance des pieds. wink

 
 

 Stage Hauts gradés à Bras en 2007

Sensei cherche à transmettre ce qu'il appelait les fondations, ici l'importance du relâchement, le principe de non-opposition. J'ai laissé la couleur et la parole. Merci Sensei ! Et merci à l'auteur (que je connais peut-être?) de ce document, fondamental à mes yeux.

 
 
 

 La transmission !

Cette scène est si fraîche... qu'elle mérite de garder les couleurs du moment ...heart

Merci à ses auteurs.

 

 

 L'avant Tamura sensei

 
 
 

     Cérémonial

Dans la transmission, il faut être DEUX !
Efforçons-nous de regarder Senseï, se lever, s'agenouiller, se tenir en seïza, saluer... et nous deviendrons "lion" nous-mêmes comme l'affirme le koan : «le lion qui copie le lion devient un singe» !  Senseï ne nous demandait  pas de le copier mais de "voler sa technique", ce qui signifie l'utilisation des mêmes principes avec notre corps, tel qu'il est !
 
 


L'Aikido de Tamura Senseï

Top